Le weblog entièrement nu

Roland, entièrement nu... de temps en temps.

CPOLD, la poudre verte du suivi de versions

Je m'aperçois que quand je cause d'outils de suivi de version, il m'arrive de mentionner, en plus des standards (CVS, Subversion, Bazaar et les autres), le vénérable CPOLD. Et que souvent, mes interlocuteurs ne connaissent pas CPOLD. Et effectivement, ce n'est guère documenté dans la littérature et le web multimédia mondial. Je m'en vais donc vous présenter un peu cette formidable méthodologie de suivi de versions.

Pourquoi formidable ? Parce qu'elle ne souffre d'aucun des problèmes récurrents des autres outils :

Pour résumer, CPOLD, c'est la poudre verte du suivi de versions. Mais alors, comment ça marche ? Très simplement. Tout répertoire contenant des fichiers est déjà une archive CPOLD, pas besoin d'initialiser quoi que ce soit. Pas besoin non plus de « prendre la main » sur un fichier avant de l'éditer. Une seule commande à retenir, celle pour créer une nouvelle version de ce fichier :

cp fichier fichier.old

Bien entendu, le .old peut être remplacé par n'importe quel suffixe ou combinaison de suffixes, il suffit de définir une convention de nommage et de s'y tenir. On pourra ainsi avoir fichier.old.test.2, la troisième révision archivée de fichier dans une branche « test ». Ou, lorsque les contraintes sont moins marquées ou moins fortement ressenties par l'équipe de développement, on pourra être moins strict. Un « dépôt » CPOLD pourra alors se présenter sous la forme suivante :

roland@mirexpress ~/cpold-demo $ ls
fichier                    fichier.OK             fichier.old.old
fichier.1999-08-16         fichier.old            fichier.old.test-roland
fichier.2003-10-27.valide  fichier.OLD            fichier.prod
fichier.a-verifier         fichier.old.marchepas
roland@mirexpress ~/cpold-demo $ 

Alors évidemment, ce système présente quelques inconvénients, dus principalement à sa simplicité. Mais il reste tout-à-fait utilisable dans des environnements de production, j'en veux pour preuve le nombre d'entreprises qui ne jurent que par lui et n'en changeraient pour rien au monde. CPOLD, le premier outil de suivi de versions du monde, est sans doute aujourd'hui encore parmi les plus utilisés. Il a su s'adapter depuis les copies de bande magnétique à bande magnétique, a vécu son heure de gloire à l'époque des disquettes, et continue vaillamment son aventure (avec un potentiel décuplé) à l'heure des mémoires Flash et de l'Internet.

Bon, ceci dit, personnellement je préfère Bazaar, et je ne mentionne pas CPOLD parmi les services que je propose habituellement à mes clients (si ce n'est pour leur proposer une migration depuis CPOLD vers autre chose).

Tags:
Creative Commons License Sauf indication contraire, le contenu de ce site est mis à disposition sous un contrat Creative Commons.